par Ozalee

Percussion. Comme un tintamarre qui nous réveille soudainement.

Alignement. Comme une volonté silencieuse qui perce les vents.

Et si ce n’était que cela, ce que tu nommes: transformation? Si ce n’était qu’une symphonie étrangère à ton oreille? Si, pour dévoiler ton visage – ton vrai visage – il te fallait te connaître intimement? Si, pour oser t’exprimer, il t’avait fallu d’abord hurler. Oh, rien de dramatique ici. Le cri est porteur de vie, à l’image du nouveau né. Et tout comme lui, tu marches désormais nu, à moins que tu ne te retiennes à tes vieux habits?

Comprends qu’ici les choses sont simples et fluides. Même dans la douleur et les mauvaises nouvelles, tu trouveras ton chemin si tant est que tu écoutes tes peurs et regardes autours de toi. N’est-ce pas une nouvelle porte qui t’est proposée? Alors pourquoi s’acharner sur celle qui vient de se fermer?

À moins que tu es de ceux qui ont déjà ouvert cette porte et qui font un premier pas dans l’inconnu, le sourire aux lèvres et la joie dans les yeux?

Quoiqu’il en soit, rappelle toi que l’image n’a jamais été toi. Alors oui, il peut y avoir un deuil à faire, celui de tes anciens habits. Celui de ton ancienne identité. Celui de ton ancien rôle.

Être nu, est avant tout être. Observe toutes les choses auxquelles tu as pu ou t’identifies encore. Il peut s’agir d’un projet, d’une situation, d’un travail, d’une personne, d’une qualité ou d’un défaut. Vois comme toutes ces identifications te restreignent, te retiennent, t’enferment même peut-être. Et maintenant ouvre ton regard, et vois au-delà de tout ça. Certains auront alors peur, d’autres au contraire se réjouiront. Desquels es-tu? En toute transparence? Parce-qu’il n’y a désormais que cela. Cette lumière qui passe à travers toi et qui vient créer tellement d’ombres que cela peut te faire peur. Mais quand tu comprends que les ombres comme la lumière font partie intégrante d’un même tout, tu peux enfin te sentir en paix. Entier.

Cette sérénité, tu la portes déjà. Rien d’extérieur et aucun miroir ne sera à même de te l’apporter. Elle est déjà là. Prête à éclore, sans peur de sa différence et encore moins de son unicité.

Nous te le disons. Ce qui fait peur élèvera. Ce qui réjouit unira.

Portez la lumière là où il y a le plus d’ombres. Vous avez tant à révéler.

Auteur: Farah Sahbi – Ozalee

[do_widget id=text-102]