Est-ce que la mort est une fin? Est-ce que la fin te fait peur? Crois-tu que ton histoire t’appartient? Qu’elle te définit? Ou serais-tu un peu plus que cela? Ou totalement autre chose? La peur n’est qu’un autre mot pour désigner le changement qui perce à travers toi. Elle n’est présente que pour t’amener à distinguer tes frontières et choisir de les élargir ou de les rétracter. T’ouvrir ou te fermer. D’inspirer et d’expirer. À ton rythme. Un rythme retrouvé avec lequel tu n’es pas encore familier. Des mécanismes à dépasser en te rappelant qu’il n’y a aucun danger. Un dialogue avec toi-même, dans l’intimité de tes secrets, afin ensuite de partager tes besoins sans plus avoir peur de perdre l’autre, un statut, une reconnaissance, etc…

L’éclat – le tien – est ainsi porteur d’un renouveau. Abandonner tes désirs passés, ceux qui ne résonnent plus, c’est s’ouvrir à l’abondance d’un présent et d’oser demander, là où tu ne faisais qu’espérer. Proposer, là où tu ne faisais qu’attendre. Non plus en recherche d’approbation, non plus dans l’attachement au résultat, mais bel et bien en toute confiance. Tu ne cours aucun danger. Ici et maintenant tu es capable de changer ce qui ne te convient plus. Non pas forcément à l’extérieur, mais bel et bien en ton intérieur. Parce-que tout commence en toi. Tout commence dans ta posture. Non pas face à la vie, mais face à l’accueil de la vie. Cela ne veut pas dire nier ses émotions, ses peur ou croyances. Cela veut dire au contraire ne plus s’y identifier et ainsi les observer et les accueillir. Non plus pour être guidé par elles, mais bel et bien pour se guider soi-même.

C’est ainsi dans l’accueil de ton rythme – de ce que te murmure ton corps quand il te dit “être fatigué”, quand il crie à travers une douleur etc – que les changements vont pouvoir éclore. C’est en acceptant d’emprunter de nouvelles routes – d’en construire de nouvelles – que ton angle de vue va pouvoir s’agrandir et la justesse de tes actions s’accentuer. Mais tout cela se passe avec douceur si tu ne résistes pas. Sinon, ce qui a besoin de remonter à la surface le fera. C’est ainsi que des schémas répétitifs, des situations déjà connues, des anciennes relations peuvent réapparaître. C’est une façon qu’ont les émotions de revenir à ta conscience, non plus pour que tu les refoules, mais bel et bien – encore – que tu les accueilles.  Finalement, que tu te mettes un peu plus au centre de ta vie, et que tu te permettes un peu plus de vivre chaque jour.

Cette lune est une réelle invitation à cesser de lutter. Tout d’abord contre toi. Tu es humain, mais tu es aussi connecté au reste du monde si tu prends le temps de ralentir. Cesser de te faire passer en second, de te juger sévèrement, et de laisser mourir dans tes croyances toute forme de possibilités – d’idées – qui n’attendent que toi pour être concrétisées.

Finalement, cette lune t’apporte l’opportunité de laisser mourir l’ancien, de le laisser se transmuter, et ainsi commencer à être ce que tu as toujours caché jusqu’ici.

Le changement ne vient jamais seul. Avec quoi est-il venu dernièrement pour toi?

YouTube video

Auteur: Farah Sahbi – Ozalee

[do_widget id=text-102]